Breaking News

Le nouveau codeau minier : Un outil de chantage pour forcer les multinationaux à proteger Kabila

1,452 views

Analyse par Erick Bukula

Suite à mon analyse sur le dossier “Code minier”, je reçois des messages hostiles de certains compatriotes qui estiment que cette nouvelle loi est plutôt dans l’avantage du peuple congolais.

Comprennez moi bien. Je ne suis pas contre l’idée d’une reforme qui permettra au congolais de beneficier de son sous sol. C’est plutôt l’agenda caché derrière ce semblant de reforme qui m’intrigue.

Mettons à nu cet plan machiavélique:
Commençons par nous poser ces trois questions :

1) Pourquoi une loi qui etait en gestation depuis plus de 6 ans va finalement se faire adopter lors d’une session extra-ordinaire? Quelle est l’urgence?

2) Pourquoi etait-il exigé aux patrons miniers de se présenter en personne pour discuter avant la promulgation?

3) Combien de fois avez vous vu Cesar se donner volontier à des tractations qui se tirent en longueur, un exercice intellectuel de 8 heures du temps? Dans sa salle de gymnastique peut-etre.

La reponse est que tout ceci n’est rien d’autre que du chantage. L’idée est de transformer ces patrons miniers en agents de lobbying pour le régime Kabila.

Nous connaissons le pouvoir de persuasion qu’ont ces puissants conglomérats sur les gouvernements des pays occidentaux.

La communauté internationale exige le départ de JKK. Les multinationales vont alors devoir le proteger. Et en echange, la nouvelle loi ne sera jamais appliquée gràce au réglement qui va l’accompagner. Une réglementation qui aura pour rôle de neutraliser la loi même.

On va donc quand même promulguer la loi pour bluffer le congolais, mais le reglèment qui l’accompagne aura l’effet d’antidote. Ce regime d’oppression va donc une fois de plus se servir de nos richesses au profit de ses vilains ambitions de se pérenniser.

Faisant d’une pierre deux coups. A mon aimable avis, lors de ces 8 heures de tractations, le Raïs a aussi pu soutirer quelques billets verts aux patrons miniers. De l’argent dont a désesperement besoin ce régime pour asseoir sa politique d’oppression.

Concluons donc en repetant ceci : certes cette affaire nous conduira vers une situation gagnant-gagnant. Mais avec la nuance que si d’un coté nous aurons certainement les exploitants des mines (les multinationaux) comme gagnant, de l’autre coté le gagnant ne sera definitivement pas le propriétaire des mines (le peuple congolais). Non, le peuple congolais en sortira bredouille une fois de plus.

L’autre gagnant sera plutôt le bourrot du peuple congolais : Cesar et sa clique. Ils vont ainsi renforcer les moyens de leur politique. Cette politique qui consiste à opprimer, assujetir, paupériser mais surtout dépouiller le congolais.

Sans outrage

Tiré du Memo d’Erick Bukula

If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Scroll To Top